Comment Apple et d’autres font en sorte qu’il soit impossible d’obtenir une réparation de téléphone simple et bon marché.

Comment Apple et dautres font en sorte quil soit impossible rCmpok3n 1 1

Si les entreprises technologiques et d’autres font ce qu’elles veulent, il sera de plus en plus difficile de faire réparer nos téléphones et autres appareils par des entreprises tierces.

Les smartphones et de nombreux autres appareils technologiques sont de plus en plus conçus de manière à rendre difficile la réparation ou le remplacement des composants individuels.

Il peut s’agir de souder le processeur et la mémoire flash à la carte mère, de coller inutilement des composants ensemble ou d’utiliser des vis pentalobes non standard qui rendent les remplacements problématiques.

De nombreuses soumissions à une enquête australienne sur le droit à la réparation ont appelé les fabricants de technologies à fournir un marché équitable et concurrentiel pour les réparations, et à produire des produits facilement réparables.

Le droit à la réparation fait référence à la capacité des consommateurs à faire réparer leurs produits à un prix compétitif. Cela inclut la possibilité de choisir un réparateur, plutôt que d’être forcé par défaut à utiliser les services du fabricant de l’appareil.

Mais il semble qu’Apple ne veuille pas que ses clients réparent eux-mêmes leurs iPhones ou leurs Macbooks. La société a fait pression contre le droit à la réparation aux États-Unis et a été accusée de ralentir délibérément les iPhones avec des batteries plus anciennes.

L’opposition contre le droit à la réparation de la part des entreprises technologiques est à prévoir. Coincer les consommateurs pour qu’ils utilisent leurs centres de service augmente leurs revenus et étend leur domination du marché.

Pour sa défense, Apple a déclaré que les réparateurs tiers pourraient utiliser des pièces de moindre qualité et aussi rendre les appareils vulnérables aux pirates informatiques.

Elle a également défendu son indication d’avertissement de batterie comme une fonction de sécurité, dans laquelle elle a commencé à alerter les utilisateurs si la batterie de remplacement de leur téléphone ne provenait pas d’un réparateur Apple certifié.

Aux États-Unis, le programme de fournisseurs de réparation indépendants d’Apple accorde à certains fournisseurs l’accès aux pièces et aux ressources nécessaires pour réparer ses appareils. Les ateliers de réparation indépendants de 32 pays peuvent désormais se porter candidats, mais le programme ne s’est pas encore étendu en dehors des États-Unis.

A LIRE:  Le conflit entre l'Inde et la Chine affecte la production de l'iPhone

Impact sur les utilisateurs

Avec l’iPhone 12 – la dernière offre d’iPhone – Apple a rendu encore plus difficile la réparation de l’appareil par des réparateurs tiers, augmentant ainsi la dépendance des utilisateurs à ses propres services.

Apple a augmenté de plus de 40 % ses frais de réparation pour l’iPhone 12, par rapport à l’iPhone 11. Elle facture plus de 359 dollars australiens pour réparer un écran d’iPhone 12 hors garantie et 109 dollars australiens pour remplacer la batterie.

Historiquement, les réparateurs tiers ont été une option moins chère. Mais l’utilisation d’un réparateur tiers pour un iPhone 12 pourrait rendre certaines fonctionnalités du téléphone, comme l’appareil photo, presque inopérantes.

Selon les rapports, la réparation de la caméra de l’iPhone 12 nécessite l’application de configuration du système propriétaire d’Apple, disponible uniquement pour les techniciens agréés de la société.

Il n’y a pas qu’Apple, également. Les téléphones phares de Samsung sont également assez délicats à réparer pour les réparateurs tiers.

Impact sur l’environnement

Lorsque certaines pièces pour les réparations ne sont pas disponibles, les fabricants produisent de nouveaux téléphones à la place, ce qui consomme plus d’énergie et de ressources. En fait, la fabrication d’un smartphone consomme autant d’énergie que son utilisation pendant dix ans.

Les smartphones et les ordinateurs devenant plus difficiles et plus chers à réparer, les consommateurs pourraient être plus enclins à se débarrasser de leur appareil en cas de problème. Shutterstock

Comme les smartphones deviennent plus difficiles à réparer, les déchets électroniques vont augmenter. Apple et Samsung ont tous deux cité des avantages environnementaux lorsqu’ils ont annoncé qu’ils n’expédieraient plus de chargeurs avec leurs téléphones.

Pourtant, ils ont fermé les yeux sur les dommages environnementaux qui découleraient de l’accaparement complet du marché de la réparation.

Le foyer australien moyen compte 6,7 appareils, dont des téléviseurs, des ordinateurs personnels, des ordinateurs portables, des tablettes et des smartphones. Avec la diminution des possibilités de réparation, le fardeau environnemental lié à l’élimination de ces appareils va augmenter.

Que fait-on?

Les géants compliquent la tâche des réparateurs tiers de diverses manières. Il s’agit notamment de modifier constamment les modèles, d’ajouter des obstacles au processus de réparation et de restreindre l’accès aux pièces, aux logiciels de diagnostic et aux documents de réparation.

Pendant ce temps, les consommateurs se retrouvent avec des téléphones cassés et d’énormes factures de réparation – et les réparateurs se retrouvent avec moins d’affaires.

A LIRE:  Le Samsung Galaxy F12 doté d'une batterie de 6 000 mAh est lancé en Inde

La lutte pour supprimer les obstacles à la réparation prend de l’ampleur en dehors de l’Australie également, dans des pays comme le Canada, le Royaume-Uni et les États-Unis. Des réformes législatives ont été introduites dans l’Union européenne et dans le Massachusetts.

La France a introduit un indice de réparabilité obligeant les entreprises d’équipements électriques et électroniques à informer les consommateurs de la réparabilité de leurs produits sur une échelle de un à dix.

Cet indice prend en compte la facilité de réparation, la disponibilité et le prix des pièces détachées et la disponibilité des documents techniques de réparation.

L’outil français d’indice de réparabilité est conçu pour aider les consommateurs à faire des choix éclairés sur l’appareil qu’ils achètent. France Ministère de la transition écologique

La voie à suivre pour aller de l’avant

Tant que la pression en faveur d’une réforme législative du droit à la réparation ne s’accélérera pas à l’échelle mondiale, les consommateurs n’auront guère d’autre choix que de payer jusqu’aux grandes entreprises pour accéder à leurs services de réparation agréés.

S’ils ne le font pas, ils risquent de perdre leur garantie, de se retrouver avec un appareil non fonctionnel et même d’enfreindre les droits d’auteur des logiciels des fabricants.

Idéalement, les compagnies de téléphone (et d’autres) aideraient les utilisateurs dans le processus de réparation en fournissant des pièces de rechange, des documents de réparation et des outils de diagnostic aux réparateurs tiers.

Cela aiderait également Apple et Samsung à réduire leur empreinte carbone et à atteindre leurs objectifs environnementaux.

Bien que, au train où vont les choses, il est peu probable que les entreprises technologiques puissent échapper à leurs obligations de réparation auto-infligées. Par le passé, le PDG d’Apple, Jeff Williams, a déclaré:

nous pensons que la réparation la plus sûre et la plus fiable est celle effectuée par un technicien qualifié utilisant des pièces d’origine qui ont été correctement conçues et rigoureusement testées.

Mais comme la main-d’œuvre disponible est limitée, même pour Apple, le partage de la charge avec les petits réparateurs sera utile.

Et pour le bénéfice des consommateurs, la législation sur le droit à la réparation doit être prise au sérieux, avec des scores de réparabilité cohérents développés à travers le monde.

Images utilisées avec l’aimable autorisation de Pexels/Skitterphoto.

Cet article est republié depuis The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.