Critique: La saison 2 de Russian Doll est créative et humoristique

Critique La saison 2 de Russian Doll est creative et humoristique KN7fP5hfZ 1 1

Si la première saison de Poupée russe – la série dramatique de science-fiction bizarre et surréaliste de Netflix co-créée par Natasha Lyonne, Leslye Headland et Amy Poehler – portait sur la crise existentielle et les boucles temporelles, la saison 2 se concentre sur la famille et le voyage dans le temps. Nous avons eu un aperçu de l’enfance totalement chaotique de Nadia (Lyonne) dans les scènes de flash-back sur sa mère Lenora (Chloë Sevigny) dans la saison 1. La deuxième saison accorde un regard approfondi sur le passé de Nadia en la renvoyant en 1982, alors que Le Choix de Sophie venait de sortir au cinéma, que John LeBoutillier était un politicien actif de New York et que le monde était perpétuellement au bord d’une guerre nucléaire.

Si la première saison de ‘Russian Doll’ a reçu des réponses aussi massivement positives, c’est parce que – au moins en partie – elle racontait une histoire remarquablement non conventionnelle dans les contraintes d’un trope comme les boucles temporelles. Le voyage dans le temps est un dispositif d’intrigue encore plus courant. Et pourtant, Lyonne, Headland, Poehler et leur équipe réussissent à nouveau à livrer quelque chose de frais et d’intime dans la deuxième saison, rendant la période intermédiaire de plus de trois ans entre les sorties des deux saisons définitivement valable.

Cx7xuTYN1 31SYt0 2 4
Crédit image: Netflix

Dans la saison 2, Nadia semble avoir davantage le contrôle de sa vie. À l’approche de son 40e anniversaire, elle a opté pour une célébration tranquille avec Alan (Charlie Barnett), au grand dam de sa meilleure amie Maxine (Greta Lee). Alan et elle ont passé ses trois derniers anniversaires en état d’alerte, marchant pratiquement sur des œufs pour s’assurer qu’ils ne recommencent pas le cercle de la mort. Mais le contrôle n’est jamais synonyme de contentement, et la recherche de ce dernier devient un thème majeur de la saison 2. Un soir, Nadia prend les 6 trains pour rendre visite à Maxine et est transportée dans le corps de sa mère, lourdement enceinte. Au départ, Nadia n’a aucune idée de la façon dont elle va réagir à ces événements bizarres, si ce n’est qu’elle accuse à juste titre l’univers de faire tout ce qu’il peut pour l’embêter. Mais ensuite, elle commence à considérer cette situation comme une occasion de corriger son avenir.

A LIRE:  The Walking Dead Saison 10: D'autres épisodes à venir bientôt! sera centré sur les personnages

La saison 2 de Russian Doll traite des grands et si de nos vies. Beaucoup d’entre nous ont ces moments de regrets lorsque nous virons dans la mauvaise direction à cause de choix faits par nous ou par des personnes proches. Les films et les émissions de télévision qui intègrent cette nostalgie dans une histoire de famille et de voyage dans le temps ne manquent pas. La trilogie Retour vers le futur et La femme du voyageur du temps viennent à l’esprit. Ce qui distingue ‘Russian Doll’, cependant, c’est son récit fantaisiste et la façon dont il devient délicieusement sombre par moments.

Nadia Vulvokov est un protagoniste extraordinaire. Elle est un personnage profondément imparfait, mais sa personnalité est suffisamment invitante pour attirer le public, comme des papillons de nuit vers une flamme. Lyonne l’incarne avec un parfait équilibre entre la vulnérabilité et la dureté new-yorkaise. Je pense que cela est dû en partie à la nature semi-autobiographique de la série, mais cela n’enlève rien à la performance de Lyonne. Elle est objectivement aventureuse dans ses choix tout au long de la série, à la tête d’un casting d’individus tout aussi talentueux.

cH1rHkuxiZewIQExiit0BlWJGUMDxxMsXu LXrdnEH 3 5
Crédit image: Netflix

Comme dans la première saison, l’Alan Zaveri de Charlie Barnett est gentil, moelleux, et constitue un contrepoids idéal à la personnalité réverbérante et agitée de Nadia. Dans la saison 2, Alan a son propre parcours de découverte de soi, qui n’est pas moins important que celui de Nadia. Mais ce sont Elizabeth Ashley et Annie Murphy qui livrent la performance marquante de la saison, en incarnant deux versions de Ruth, la seule véritable figure parentale dans la vie de Nadia.

A LIRE:  Family Guy quitte-t-il Adult Swim? Où le regarder en streaming?

À mesure que la saison 2 approche de sa fin, elle devient progressivement plus métaphorique, embrassant ses références à la science-fiction avec beaucoup d’enthousiasme, tout en mettant en valeur l’humour inhérent à chacune de ses scènes. La saison 2 de Russian Doll est créative et marquante, et reste dans votre esprit longtemps après que vous l’ayez regardée. Malgré sa durée relativement courte (24-30 minutes), la première saison avait quelques problèmes de rythme. Ces problèmes semblent avoir été résolus dans la saison 2. Le New York des années 2020 fait toujours partie intégrante de l’histoire, même si ce n’est pas le cadre exclusif de la deuxième saison. Dans Russian Doll, la Grosse Pomme continue d’être une entité vivante, qui respire et entretient une relation symbiotique avec ses habitants. Elle survit dans l’esprit de ses résidents et comme une collection de lieux et de choses – de la 77e rue aux trains 6 en passant par des accents instantanément reconnaissables.

Rating: 4/5