Critique: Le Protégé a ses moments, mais il manque la cible.

Critique Le Protege a ses moments mais il manque la cible EC949 1 1

Au cours de la dernière décennie, Martin Campbell s’est intéressé à l’exploration des thèmes de la vengeance et de la conspiration dans ses films de nos jours. Cela est évident dans ‘Edge of Darkness’ (2010) et ‘The Foreigner’ (2017), deux films qui traitent de protagonistes menant une vendetta personnelle contre celui qui est responsable de la mort d’une personne à laquelle ils tiennent. La même fascination thématique se poursuit avec ‘The Protégé’, où au lieu d’un protagoniste masculin en quête de vengeance, son dernier film met en scène une femme pour changer.

Ce premier rôle féminin en question est Maggie Q, qui joue une tueuse à gages nommée Anna. Elle a été élevée et formée sous le mentorat de Moody (Samuel L. Jackson), qui se trouve également être sa figure paternelle après l’avoir sauvée au Vietnam alors qu’elle n’était qu’une enfant. Mais une nuit, après avoir découvert que Moody a été assassiné dans sa propre maison, elle décide de trouver le tueur qui a fait cela. Ses recherches la ramènent au Vietnam, un endroit où elle ne veut pas retourner en raison de son sombre passé. De là, elle rencontre par la suite Rembrandt (Michael Keaton), un tueur professionnel où ils se sont connus alors qu’Anna travaillait au noir comme propriétaire d’un magasin vendant des livres anciens et rares.

Écrit par Richard Wenk, ‘The Protégé’ souffre des défauts habituels qui affectent la plupart de ses scénarios, où tout semble être un potentiel mais des résultats bâclés et à moitié réalisés. On pense notamment à ses scénarios peu reluisants dans les deux films Equalizer et Jack Reacher: Never Go Back. Je déteste dire cela, mais le même problème se répète dans Le Protégé. L’histoire veut être plus qu’un simple thriller de vengeance et si vous vous attendez à ce que Maggie Q se déchaîne comme une version féminine de ‘John Wick’, où les deux films se trouvent sortir sous Lionsgate, préparez-vous à être déçu.

A LIRE:  Luca est-il une métaphore gay?

Ce que nous avons ici est un film qui tente de remplir avec des couches d’une intrigue axée sur la conspiration. Sauf qu’il s’agit plutôt d’une structure narrative rembourrée que de quelque chose qui intrigue vraiment. C’est comme si le film essayait trop fort de faire comprendre le monde labyrinthique des affaires louches et des motivations du point de vue des tueurs professionnels. À un moment donné, le film veut même explorer la relation changeante entre Anna et Rembrandt et, franchement, il y a là un certain potentiel, mais il ne s’agit que d’une idée en demi-teinte. Cela s’avère vraiment dommage, étant donné que Maggie Q et Michael Keaton partagent de bons moments à l’écran mais sont finalement vaincus par le scénario bâclé de Wenk.

Le rythme pose également un autre problème, l’élan fréquemment interrompu faisant place à des moments lourds en exposition. C’est en fait un cas similaire qui s’est produit auparavant dans ‘Edge of Darkness’ et ‘The Foreigner’, où les deux films sont devenus trop lourds pour leur propre bien.

Pourtant, cela ne signifie pas que ‘Le Protégé’ est un désastre total. Tout comme ses deux films précités, Martin Campbell sait bien mettre en scène une séquence d’action avec suffisamment de verve. Vous ne trouverez pas ici l’esthétique toujours ennuyeuse de la caméra tremblante ou le montage rapide pour le plaisir de soi-disant jazzer les choses – deux des défauts les plus courants dans les films d’action d’aujourd’hui. Au lieu de cela, il dirige l’action avec l’aide d’un réalisateur de seconde équipe, Dian Hristov (Skin Trade, The Hitman’s Bodyguard et le reboot de Hellboy en 2019), dans un style net. En d’autres termes, l’action est propulsive et le fait que Campbell privilégie les cascades pratiques plutôt que les images de synthèse aide.

A LIRE:  Little Fires Everywhere Saison 2: À quoi s'attendre

En parlant de cascades pratiques, il est agréable de voir Maggie Q de retour à l’action après s’être fait remarquer comme un pouce endolori dans les oubliables ‘Fantasy Island’ et ‘Death of Me’. Ici, elle se glisse dans le rôle familier auquel la plupart d’entre nous se sont habitués, celui d’une tueuse, ce qui me rappelle immédiatement comment elle s’adapte comme un gant dans la série télévisée Nikita. De même, elle a réalisé la plupart de ses propres cascades et son rôle physiquement exigeant est tout simplement impressionnant. Et ce n’est pas tout, car Campbell lui donne également beaucoup de place pour étirer son jeu dramatique pendant certains moments de non-action.

Michael Keaton, qui reçoit la première affiche de ce film, livre une performance charismatique dans le rôle de Rembrandt, tandis que Samuel L. Jackson fait un assez bon travail dans le rôle de Moody. Mais pas pour Robert Patrick, qui est tristement miné dans le rôle de Billy Boy. Il joue le chef de gang d’un club de motards et a, d’une manière ou d’une autre, un lien avec Moody et Anna, mais le film ne prend pas la peine de l’aborder correctement autrement qu’en le laissant verbalement entendre comme tel.

Bien que ‘The Protégé’ ait quelques moments qui définissent certaines prouesses de mise en scène de Martin Campbell, le film reste une occasion manquée.

Note: 2,5/5