Facebook contre l’Australie: le gouvernement donne un laissez-passer à Facebook

Facebook contre lAustralie le gouvernement donne un laissezpasser YIW22 1 1

The Conversation est un excellent site d’information. Mais, pour la plupart, les gens ne le lisent pas comme un journal. Au lieu de cela, les articles sur des sujets spécialisés sont partagés avec d’autres personnes. L’un des moyens est via Facebook.

Hier, le contenu australien de la Conversation n’a presque pas pu être diffusé dans le monde entier car Facebook a choisi d’interdire toute information (même apparente) provenant de sources australiennes pour éviter d’être désigné pour des négociations obligatoires en vertu de la législation devant le Parlement australien.

Le nouveau code de négociation des médias du gouvernement est une réponse à l’enquête de la Commission australienne de la concurrence et des consommateurs sur les plates-formes numériques qui a constaté qu’il était difficile pour les fournisseurs de contenu, y compris mais sans s’y limiter les organismes de presse – de traiter avec des plates-formes dont les règles étaient en constante évolution.

Certaines de ces réclamations sont légitimes et portent sur des questions d’ordre rédactionnel et algorithmique. D’autres ont trait à la mainmise de la plateforme sur la publicité en ligne.

Mais plutôt que de s’attaquer de front à ces problèmes, le gouvernement australien a coupé une partie des sites concernés – les sites d’information – et a tenté de réparer les choses pour lui, en disant qu’il était préoccupé par la concurrence.

Une politique de la concurrence sans plus de concurrence

Pour tout économiste, le but de la politique de concurrence est d’encourager la concurrence. Dans ce cas, soit plus d’options de plateformes numériques pour les consommateurs, soit plus d’options de contenu d’actualité.

Mais la législation du gouvernement semble être uniquement conçue pour n’offrir ni l’un ni l’autre.

Le code permet aux organismes de presse de négocier avec les grandes plateformes numériques sur des sujets tels que le fonctionnement de leurs algorithmes pour hiérarchiser les contenus et l’argent.

Et l’argent, c’est ce dont il s’agit vraiment. Les organismes de presse en veulent plus, les grandes plateformes numériques en ont. C’est aussi simple que cela.

A LIRE:  WhatsApp teste la fonction de migration des chats pour iOS et Android

Le code permet aux organismes de presse d’obtenir de l’argent des plateformes numériques en

  • rendre illégal pour les plateformes numériques qui ne paient pas pour fournir des liens vers les informations australiennes, ce qui donne aux grands organes d’information un quasi-monopole de négociation
  • permettre la conclusion de transactions sans qu’il soit nécessaire d’obtenir l’autorisation d’un régulateur soucieux de l’intérêt public
  • prévoir un palliatif réglementaire en cas d’échec, dont la conception est inclinée dans l’intérêt de l’une des parties

Cette dernière étape nécessite une petite explication.

Il n’est pas inconnu, surtout en Australie, que la politique de la concurrence fonctionne en permettant d’abord aux parties de négocier, puis en imposant un règlement réglementé uniquement en cas d’échec.

Et il s’agit normalement de donner du pouvoir au petit gars, en croyant que c’est ce qui mène à des résultats socialement désirables.

Des petits gars enfermés dehors

Mais pas dans ce cas. Seules les grandes entreprises de presse seraient autorisées à négocier sur l’argent.

C’est très différent du système adopté en France, dont le gouvernement peut collecter de l’argent des plateformes numériques via une taxe, qui peut, si le gouvernement le souhaite, être distribuée aux fournisseurs de contenu sur un critère autre que l’intérêt privé nu. Le système français n’est pas non plus clairement favorable à la concurrence, mais il fournit au moins un mécanisme qui pourrait permettre d’obtenir de bons résultats.

Le processus australien ne parvient pas à faire jouer la concurrence de deux manières.

Premièrement, il permet au trésorier, plutôt qu’à un juge, de désigner les plateformes auxquelles le processus s’appliquera. Il est peu probable qu’il désigne une plateforme avec laquelle les grandes organisations de médias n’ont aucun problème à travailler, car cela implique du travail.

Deuxièmement, le trésorier n’est pas en mesure de désigner une plateforme qui ne diffuse aucune nouvelle australienne. Donc, si une plateforme numérique veut sortir, elle peut sortir.

Ces deux choses ont commencé à se produire le dernier jour – avant même que le code n’ait été légiféré.

Facebook gagne un outil de négociation

Google a passé des accords avec certains grands organes d’information et a ainsi signalé qu’il passera des accords avec d’autres pour s’assurer qu’il n’est pas désigné. Cela signifie que Google n’aura pas à traiter avec toutes les autres petites voix qui ont également un problème avec lui.

A LIRE:  Le régulateur de l'Ofcom révèle que les consommateurs de Virgin Media sont ceux qui attendent le plus longtemps sur leur téléphone portable.

Facebook a décidé de se retirer complètement du secteur des contenus d’actualité, comme la loi le lui permet. Il a décidé que l’actualité australienne ne valait pas la peine, du moins pour l’instant. Les Australiens peuvent toujours partager des nouvelles du monde entier, ce qui, d’une certaine manière, est plus précieux pour eux que les nouvelles locales dont ils ont déjà connaissance.

Facebook pourrait le faire pour obtenir un meilleur accord lors des négociations.

Bizarrement, avant la proposition de loi du gouvernement, si Facebook avait exclu le contenu des fournisseurs afin d’obtenir un meilleur accord, la Commission australienne de la concurrence et des consommateurs aurait pu le poursuivre pour conduite d’exclusion.

Le nouveau code donne à Facebook une licence pour faire ce qu’il vient de faire, et soutient qu’il ne pouvait pas exercer son pouvoir de marché parce qu’il utilisait simplement les étapes identifiées dans le code comme nécessaires pour éviter un arbitrage obligatoire.

Peu importe que cela signifie vraiment Facebook

  • a pu démontrer aux médias à quel point ils en ont besoin
  • est désormais en mesure d’obtenir des organismes de presse qu’ils acceptent de meilleures conditions que si cette licence ne leur avait pas été accordée.

En d’autres termes, l’ensemble du processus a eu (je l’espère) la conséquence involontaire de renforcer le pouvoir de marché qu’il prétendait justement contenir.

Plus de plateformes, plus de concurrence

Ces jeux mis à part, où cela va-t-il finir? Cela finira avec les grandes plates-formes numériques qui font des affaires avec les plus grands organes d’information. Ces accords seront des paiements forfaitaires pluriannuels qui permettront à chacun de vaquer à ses occupations. Il n’y aura plus de nouvelles plateformes numériques, plus de nouveaux fournisseurs de contenu, plus de concurrence.

Les actionnaires des grandes plateformes numériques seront plus pauvres de quelques millions de dollars et les actionnaires des grands médias australiens seront plus riches de quelques millions de dollars.

Il n’y aura aucune amélioration du résultat concurrentiel, quel qu’il soit. Comme cela arrive souvent en Australie, les oligarchies vont se consolider et les consommateurs n’auront rien.

Images utilisées avec l’aimable autorisation de Pexels/Thought Catalog

Cet article est republié à partir de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.