Il n’y a pas presque assez de jeux basés sur la mythologie égyptienne

Il ny a pas presque assez de jeux bases sur la mythologie ZC9U7A 1 1

La mythologie égyptienne est une chose que la plupart des jeux vidéo ne voient pas, pour l’instant, car ils se concentrent largement sur des faits européens.

On sait que les jeux vidéo aiment s’inspirer des cultures anciennes bien connues et reniées. Mais l’accent est mis uniquement sur les mythologies européennes, car les développeurs ignorent souvent des histoires inédites tirées de la mythologie égyptienne.

La plupart des sources d’inspiration des jeux vidéo sont tirées de la mythologie grecque ou romaine. C’est ce qui s’est produit avec l’apparition de jeux basés sur des contes scandinaves.

L’impact culturel de la mythologie égyptienne au fil des ans

La mythologie égyptienne ne se limite pas au panthéon des dieux et à une relation complexe. Mais il existe aussi un canon d’histoires qui peut servir de base à la narration et de bonne source.

De plus, ce qui fait de la mythologie égyptienne une option passionnante est que la mythologie n’a jamais été statique. Des actes de renaissance et de culture moderne ont été introduits dans la culture égyptienne à l’époque.

Au fil du temps, différents dirigeants sont arrivés au pouvoir, ce qui a engendré des conflits et des motivations intrinsèques. En plus d’être une source d’inspiration supplémentaire, c’est une bonne piste à saisir pour les jeux vidéo.

A LIRE:  Call of Duty Mobile saison 1: nom officiel, détails de la publication, mode BR, plus confirmé

Certains des jeux vidéo ont en effet fait un travail incroyable de représentation de la mythologie.

La série Assassin’s Creed Origins a fait un travail phénoménal de reproduction de la culture antique. Des jeux comme SMKTIE ont inclus des dieux égyptiens bien connus comme Osiris et Râ.

La mythologie égyptienne mérite une bien meilleure place

La mythologie égyptienne mérite une meilleure place dans les jeux vidéo que ce qui a été dépeint.

Il y a un problème néo-nazi. Les suprémacistes blancs ont souvent coopté l’imagerie grecque et romaine. Dans ce contexte, refuser de raconter les histoires qui se sont passées, remonter dans le temps, semble encore plus important à souligner.

La mythologie égyptienne aidera les joueurs et les développeurs à créer une histoire riche, intacte et qui n’a pas besoin d’être affinée. Elle met même en évidence les cultures sous-représentées.

En assurant la narration de la même manière, une plus grande place sera accordée aux personnages du POC et aux studios de développement égyptiens.

En centrant les histoires inédites des cultures souvent écrasées, on attirera beaucoup plus l’attention sur les parties sous-représentées.

Il fournit également un nouveau et meilleur contenu pour les joueurs qui ne sont pas familiers. Plutôt que de remuer sans cesse les mêmes bases mythologiques, ce sera un nouveau départ pour les créateurs et les joueurs qui pourront s’y plonger.

S’il est bien fait, un jeu qui raconte des histoires tirées des cultures égyptiennes permettra aux acteurs de se développer.