James Franco et ses partenaires doivent payer 2,2 millions de dollars pour inconduite sexuelle

James Franco et ses partenaires doivent payer 22 millions de dollarsIGEFmqQZ 1

James Franco et ses partenaires ont accepté de payer 2,24 millions de dollars pour mettre fin à un procès pour inconduite sexuelle intenté par ses anciens élèves.

Les documents judiciaires obtenus par NBC News détaillent le règlement. Les deux anciens élèves de Franco, Sarah Tither-Kaplan et Toni Gaal, ont déposé le recours collectif en 2019.

Les filles fréquentaient l’école Studio 4 de l’acteur qui a fonctionné entre 2014 et 2017. Elles ont allégué que l’acteur de 127 heures et ses partenaires les ont forcées, ainsi que d’autres personnes, à filmer des actes sexuels manifestes.

Selon le procès, les mis en cause cherchaient à sexualiser leur pouvoir et leur notoriété pour profiter des aspirants acteurs. On leur aurait demandé d’accomplir de la nudité, du sexe et, comme le dit Franco, de repousser les limites en échange d’un emploi.

Selon Vulture, Franco avait un cours de scènes de sexe où les étudiantes étaient encouragées à prendre des risques avec leur corps. Elles étaient décrites comme des scènes de sexe nues avec des exigences de nudité.

Elles devaient s’auto-coller à la maison pour obtenir un film continu. L’une des femmes a ajouté que Franco les intimidait pour qu’elles réalisent des scènes de sexe inutiles mais leur refusait la protection des cavaliers de la nudité.

Le procès a qualifié l’école d’acteur Studio 4 de frauduleuse.

La poursuite a été déposée le 24 juin mais rendue publique le 30 juin. Le conseiller juridique des plaignants a proposé le règlement de plus de 2,2 millions de dollars à un juge de Los Angeles.

A LIRE:  Date de sortie et spoilers du chapitre 147 de One Punch Man: Regatta et Genos peuvent-ils affronter Garou?

La résolution proposée comprend le langage qui libérerait les réclamations de toutes les parties, alors que Franco et d’autres continuent de nier les réclamations.

Cependant, elle indique également que les répondants reconnaissent les problèmes soulevés par les plaignants. Malgré les allégations, ils voient l’importance de s’attaquer à ce problème pour lutter contre les abus dont sont victimes les femmes à Hollywood.

Les deux parties s’accordent sur la nécessité de lutter contre la discrimination, le harcèlement ou les préjugés de toute nature dans l’industrie du divertissement, indépendamment du sexe, de la race, de la religion, du handicap, de l’origine ethnique, du milieu, du genre ou de l’orientation sexuelle.

Environ un million de dollars du règlement ira aux plaignants nommés et le reste à un fonds commun pour régler les réclamations que d’autres membres du recours collectif pourraient poursuivre.