La Commission européenne confirme l’examen de Nintendo Switch Joy-Con Drift

La Commission europeenne confirme lexamen de Nintendo Switch JoyCon 0EQph7j 1 1

Le Nintendo Switch est sur le point de faire l’objet d’un examen plus approfondi. L’Organisation européenne des consommateurs a maintenant transmis une plainte concernant la dérive du Joy-Con.

La Commission européenne a maintenant confirmé qu’elle examinait les problèmes potentiels au niveau du marché avec le Nintendo Switch. En particulier, elle vérifie si la prétendue dérive du Joy-Con pourrait entraîner des problèmes de masse dans l’UE.

Joy-Con Drift: une émission très pénible sur Nintendo

La question de la dérive de Joy-Con a tourmenté la société de jeu japonaise ces dernières années. Il leur coûte des millions de dollars en réparations et en retours. Même dans ce cas, le problème revient encore et encore avec leur matériel.

Aujourd’hui, l’UE s’efforce de responsabiliser davantage Nintendo. Le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) a maintenant transmis sa plainte à la Commission européenne. Il demande une enquête à l’échelle européenne sur la question de la dérive.

Le BEUC a révélé qu’il avait reçu près de 25 000 plaintes de propriétaires de Switch à travers l’Europe. Pour ceux qui ne connaissent pas le sujet, cela se produit lorsque l’appareil enregistre les mouvements des manettes, même sans saisie.

La plupart des plaintes portent sur la défaillance des manettes. Elles abordent également la question de l’obsolescence précoce pour leurs consommateurs.

Selon les témoignages de consommateurs, dans 88% des cas, les manettes de jeu se sont cassées au cours des deux premières années d’utilisation, indique la déclaration.

Au nom des groupes de consommateurs des pays concernés, le BEUC a déposé une plainte auprès de la Commission européenne et des autorités nationales de protection des consommateurs pour obsolescence prématurée et omissions trompeuses d’informations clés pour les consommateurs (sur la base de la directive européenne sur les pratiques commerciales déloyales).

Une action coordonnée potentielle contre Nintendo bientôt

Dans la journée, la Commission européenne a confirmé qu’il y aurait une action coordonnée et d’éventuelles enquêtes supplémentaires sur la dérive du Joy-Con. Si cela se produit, le Nintendo Switch fera l’objet d’un examen approfondi de la part de l’UE.

A LIRE:  Sony a déjà abandonné le projet Resistance 4 par le passé.

La Commission européenne examinera attentivement tous les éléments présentés par le BEUC avec les autorités nationales de protection des consommateurs dans les semaines à venir afin d’évaluer la nécessité d’une enquête plus approfondie sur la question et d’une éventuelle action coordonnée, comme le prévoit le règlement relatif à la coopération en matière de protection des consommateurs (CPC), a déclaré un porte-parole de la CE auprès de l’IGN.

L’UE a toujours été favorable aux consommateurs dans nombre de ses législations. Elle fait partie des marchés les plus exigeants en matière de droit de réparation. Toutefois, ce n’est pas le premier hourra de Nintendo.

Avant même que ce problème avec le Nintendo Switch ne soit révélé, la société japonaise avait déjà reçu des amendes il y a près de 20 ans. En 2002, la CE a infligé une amende de 149 millions d’euros à Nintendo pour fixation des prix. Elle a ramené cette amende à 119 millions d’euros après un appel.

Image reproduite avec l’aimable autorisation de Nintendo Life/YouTube Screenshot