L’argent pour les télescopes et les vaccins, c’est bien, mais l’absence de financement des sciences fondamentales dans le budget risque de laisser l’Australie à la traîne.

Largent pour les telescopes et les vaccins cest bien mais QKeIN 1 1

L’histoire de l’année écoulée a été celle de la pandémie: des premiers foyers au début de 2020, à l’identification du virus SRAS-CoV-2 et aux méthodes de détection, en passant par les mesures de verrouillage et de quarantaine, le développement de vaccins, les tests et enfin la distribution. La pandémie n’est pas terminée, mais la reprise a commencé.

À chaque étape, ce sont les scientifiques et les chercheurs qui ont été à l’avant-garde d’une réponse nationale et mondiale rapide et réussie à la pandémie. La capacité d’une nation à répondre à des menaces comme une pandémie n’existe pas dans le vide. Elle dépend des scientifiques. Vous ne pouvez pas rechercher une solution sans chercheurs.

En Australie, le secteur de l’enseignement supérieur effectue la grande majorité de la recherche, y compris la recherche fondamentale de base. Ce secteur a été extrêmement touché par la pandémie, perdant des milliards de revenus entraînant une perte de capacité de recherche – la capacité même dont nous avons besoin pour continuer à répondre à la pandémie et à nous rétablir.

Pour cette raison, le manque de reconnaissance pour la science et les scientifiques dans le budget fédéral, et en particulier pour la capacité fondamentale dans la science de découverte de base, est en effet perplexe. Une telle capacité scientifique sous-tend la résilience de l’Australie, non seulement contre les pandémies, mais aussi contre les catastrophes naturelles, les chocs économiques, les perturbations technologiques, les besoins d’une population vieillissante et la cyberguerre – de nombreux domaines prioritaires déclarés du gouvernement.

A LIRE:  Nous avons ouvert en tranches des particules radioactives provenant d'un sol en Australie-Méridionale et découvert qu'elles pouvaient contenir du plutonium.

Il y a quelques nouveaux financements dans le budget, ce qui est bienvenu. Des initiatives telles que le soutien au radiotélescope Square Kilometre Array, le soutien aux femmes dans les STEM, l’adaptation au climat, l’énergie propre et les ressources numériques du gouvernement sont des ajouts essentiels au paysage scientifique australien. Le système de boîte à brevets proposé promet de stimuler les investissements dans la science australienne dans les technologies médicales et les énergies propres.

Une grande partie de ce financement est destiné à des programmes technologiques incrémentiels, à court terme et ciblés. Mais une telle science orientée vers une mission, bien que digne, ne remplace pas la science de découverte. Si le gouvernement veut que ces missions soient efficaces, il doit aussi investir dans la science fondamentale.

Si l’on demande aux universités de pivoter loin de la dépendance excessive aux revenus des étudiants internationaux, et vers la commercialisation de la recherche, il doit y avoir un pool de science fondamentale pour aider à alimenter cette traduction des résultats de la recherche en résultats commerciaux. Au risque de mélanger les métaphores, le pivot sera inefficace sans un pipeline.

Plus important encore, le budget ne fait rien pour endiguer la perte d’emplois scientifiques universitaires. Ne pas agir sur le financement des universités avant le début de l’année académique 2022 signifiera davantage de pertes d’emplois universitaires – et il est clair, d’après les décisions déjà prises à l’ANU (en sciences et en médecine), Melbourne, Macquarie et Murdoch, que ces coupes proviendront de la recherche scientifique.

Capacité de fabrication médicale

Bien que le gouvernement n’ait pas révélé dans le budget combien d’argent il a engagé dans la fabrication de vaccins ARNm à terre, c’est une bonne nouvelle qu’il y ait un engagement à développer cette capacité qui servira bien la nation pendant des décennies.

A LIRE:  Xiaomi Mi Pad 5: Rendus, spécifications et prix

L’Académie australienne des sciences est heureuse que le gouvernement ait tenu compte de notre conseil de préparer l’avenir de l’Australie en développant cette capacité. Cela permettra à l’Australie de renforcer sa résilience contre les futures pandémies et les menaces potentielles de biosécurité qui nécessitent que nous ayons la capacité sur place de produire des vaccins en masse.

L’Australie aura besoin d’un développement important des capacités parallèlement à une installation de fabrication. Un pipeline de connaissances devra être développé, de la recherche fondamentale à la recherche appliquée liée aux vaccins et aux thérapies à base d’ARNm. L’Australie aura besoin d’un consortium national d’expertise multidisciplinaire, dans tous les domaines, de la science des données à l’ingénierie des matériaux, pour devenir un leader mondial dans cette nouvelle technologie.

Le renforcement de nos capacités de recherche dans ce domaine nous permettra de continuer à résoudre les défis existants avec les vaccins à ARNm. C’est pourquoi le secteur scientifique doit être inclus dans le cadrage et l’investissement dans cette nouvelle capacité.

Lorsque j’ai été nommé président de l’Académie australienne des sciences en 2018, j’ai parlé de la façon dont il peut falloir des décennies pour traduire les résultats de la recherche fondamentale en quelque chose de réellement utile pour la communauté. C’est toujours le cas. Cela a toujours été le cas.

Souvent, nos dirigeants politiques veulent des réponses instantanées aux grandes questions. La communauté scientifique et de recherche australienne a tenu ses promesses lorsqu’il s’agissait de COVID-19, mais elle doit être soutenue et financée pour continuer à faire des découvertes fondamentales si elle veut tenir ses promesses à nouveau. La prospérité future de notre nation en dépend.

Images utilisées avec l’aimable autorisation de Pexels/Polina Tankilevitch.

Cet article est republié depuis The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.