Les nouvelles lois chinoises sur la confidentialité des données mettent les grandes entreprises technologiques sous pression

Les nouvelles lois chinoises sur la confidentialite des donnees Sijo9nt2 1 1

Les lois sur la protection de la vie privée dictent généralement la façon dont les organisations utilisent la technologie. Contrairement au règlement général européen sur la protection des données (RGPD), les pays de la région Asie-Pacifique ont leurs propres règles qui s’appliquent à différentes industries.

Selon le GDPR, certains pays ont également formulé des lois extrêmement strictes sur les données. Et c’est là que les difficultés apparaissent. La plupart des grandes entreprises technologiques espèrent avoir une forte influence dans la région.

Cependant, avec le durcissement des lois sur la protection de la vie privée, la majeure partie de Hong Kong, qui est le centre de la plupart de ces entreprises dans la région Asie-Pacifique, doit faire face à des changements majeurs dans le paysage technologique. La Chine a prévu de modifier ses lois pour y inclure la confidentialité.

Reuters, Facebook, Google et Twitter sont des entreprises qui pourraient échouer dans la région. Si les responsables modifient les lois sur la confidentialité, rendez ces géants de la technologie responsables des activités humaines.

Selon les rapports, l’Asian Internet Alliance, qui comprend les trois entreprises technologiques susmentionnées, a déclaré que les changements dans la loi pourraient affecter la liberté d’expression. La coalition a appelé Hong Kong à réduire les violations.

A LIRE:  M1 MacBook Air ou Pro? Lequel est le meilleur pour quel utilisateur?

Nouvelles lois sur la confidentialité des données

Bien que les lois sur la protection des données servent généralement à protéger la vie privée des consommateurs, les gens sont préoccupés par la liberté d’expression et l’accès non réglementé à Internet. Par exemple, en Chine, vous ne pouvez pas accéder à Google et à Facebook.

Facebook, Google et Twitter délocalisent leurs activités dans des régions autres que Hong Kong, et l’Asie du Sud-Est (ASE) pourrait être la région la plus adaptée à cette délocalisation.

Singapour, qui dispose déjà d’une solide loi sur la protection des données, est déjà un centre technologique reconnu dans ce pays insulaire. Ces entreprises y ont également des bureaux régionaux. Le centre de données est une infrastructure importante qui permet aux fournisseurs de technologies de répondre à leurs besoins.

À mesure que l’économie se développe, elle possède également la plupart des utilisateurs de technologies dans la région. Les lois locales sur la protection des données garantissent que ces entreprises qui construisent des infrastructures localement se conforment à toutes les règles et réglementations applicables. Cependant, en Indonésie, les règles de transmission des données ne sont pas claires. Bien que les données ne puissent pas être exportées, elles doivent être analysées et stockées localement.

Une grande entreprise technologique

Amazon Web Services (AWS), Alibaba, Google et d’autres entreprises ont investi dans des centres de données dans la région pour répondre à ces besoins. Ces membres répondent aux exigences techniques sans cesse croissantes et assurent le respect de toutes les règles de protection des données et de conformité des gouvernements de leurs pays/régions. Elle ouvrira le premier centre de données pour ses services de cloud aux Philippines.

Petites et moyennes entreprises (PME). Le fonds d’un milliard de dollars US vise à cultiver les start-ups et les talents techniques dans la région Asie-Pacifique. En Malaisie, Alibaba prévoit également de construire un centre d’innovation international qui servira de plateforme unique pour l’innovation. Revenons à la protection des données: Des pays comme les Philippines et la Malaisie n’ont toujours pas de lois strictes sur la protection des données.

A LIRE:  Téléchargements automatiques de Netflix pour iOS à venir, mais pas Spatial Audio

Il y a encore des failles à combler dans la protection des données des utilisateurs. L’Asie du Sud-Est a encore beaucoup de travail à faire pour se conformer aux lois appropriées en matière de confidentialité et de sécurité, mais elle avance dans la bonne direction. Et les lois assurent une forte protection des données, mais elles doivent aussi être appropriées, pas trop strictes.

Si les lois sur la protection des données ne sont pas bonnes pour les entreprises internationales, elles peuvent vouloir travailler ailleurs. Mais les entreprises locales, en particulier les petites et moyennes entreprises, peuvent ne pas être en mesure de le faire.