Sources: Le règlement de l’événement VALORANT EMEA Game Changers empêche certains genres marginalisés, y compris les personnes non binaires, de concourir.

Sources Le reglement de levenement VALORANT EMEA Game Changers 2Pho32 1 1

Le tournoi VALORANT Game Changers d’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique exclura certains genres marginalisés, y compris ceux qui s’identifient comme non-binaires, des compétitions, ont déclaré à Dot Esports des sources familières avec l’organisation du tournoi.

Les femmes transgenres seront autorisées à concourir tout au long de l’événement, mais ces règles constituent une rupture avec l’homologue nord-américain de l’événement, qui inclut les genres marginalisés, y compris les personnes non binaires.

Au début de l’année, Riot a publié son projet d’organiser la série de tournois Game Changers qui viendrait compléter le VALORANT Champions Tour et œuvrer pour un VCT plus inclusif et plus représentatif de la communauté. Mais dans le règlement du tournoi EMEA Game Changers, sous la rubrique Sexe des membres de l’équipe, il est indiqué que tous les joueurs de la liste d’une équipe doivent être des femmes. Cela n’inclut pas certains genres marginalisés, comme ceux qui sont non-binaires, genderqueer, agender ou bigender.

La décision d’exclure ces personnes a été prise pour des raisons juridiques et de sécurité, selon les sources, et est probablement due aux lois anti-LGBTQ+ qui régissent certains des pays où les concurrents de VALORANT ont élu domicile.

Plus précisément, le Koweït, Oman, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis – dont les résidents peuvent participer aux événements EMEA Game Changers – appliquent tous des lois qui punissent les personnes transgenres ou d’autres identités LGBTQ+ déterminées.

Ces pays interdisent d’imiter ou de s’habiller comme un membre du sexe opposé, avec des sanctions qui vont de l’amende ou de l’emprisonnement au fouet public, aux coups ou aux castrations chimiques. Si les lois varient d’un pays à l’autre, les responsables gouvernementaux du Koweït, d’Oman, d’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis ont arrêté ou puni des personnes transgenres à diverses reprises au cours des cinq dernières années.

A LIRE:  Date de sortie de l'épisode 198 de Boruto, spoilers: Koji et Delta peuvent-ils récupérer Kawaki?

Les événements EMEA Game Changers se dérouleront sur trois mois, du 27 septembre au 3 octobre, du 25 au 31 octobre et du 15 au 21 novembre. Celle du 25 au 31 octobre, surnommée All-in, verra s’affronter des hommes et des femmes.

La première phrase du post initial de Riot présentant le programme se lit comme suit: VCT Game Changers est un nouveau programme qui viendra compléter la saison de compétition en créant de nouvelles opportunités et une exposition pour les femmes et les autres genres marginalisés au sein de VALORANT esports. Le post indique que la région nord-américaine aura son tournoi en premier, mais ne donne aucune indication que les règles seraient différentes pour chaque région.

La formulation des posts sur les Game Changers de l’EMEA a été incroyablement spécifique. L’annonce du tournoi EMEA indique que le programme VCT Game Changers vise à favoriser un environnement inclusif pour la compétition et à créer des opportunités sûres pour les femmes de concourir sans crainte de harcèlement identitaire ou sexiste.

Les genres marginalisés comprennent les femmes transgenres, les femmes cisgenres, les hommes transgenres, les individus non binaires, et toutes les identités de genre qui ont été systématiquement opprimées par les personnes au pouvoir tout au long de l’histoire, selon Women for Political Change.

Riot a continué à étendre VALORANT dans la région MENA, notamment en ouvrant un centre de données à Bahreïn et en construisant un bureau local à Dubaï, depuis le lancement du jeu l’année dernière. Ces mesures ont été prises pour donner aux joueurs de la région MENA une connexion plus compétitive et directe aux serveurs de VALORANT.

A LIRE:  Scarlet Johansson disparue? La star de 'Black Widow' devrait accoucher prochainement

La société a précédemment fait l’objet de critiques pour ses liens avec l’Arabie saoudite, notamment en juillet 2020 lorsque le championnat européen de la Ligue s’est associé à NEOM, un développement urbain soutenu par le gouvernement saoudien. En raison des lois et des sanctions du Royaume à l’égard des personnes LGBTQ+, de nombreuses personnalités de la communauté League of Legends se sont prononcées, y compris certains des diffuseurs de Riot, contre le partenariat. Celui-ci a été résilié quelques heures seulement après l’annonce du partenariat.