Une étude de l’ICCT brise le mythe environnemental des VE

Une etude de lICCT brise le mythe environnemental des VE DV1NmCaQ 1 1

Selon les dernières nouvelles, une nouvelle étude a tenté de briser l’un des mythes vieux de dix ans sur les VE, selon lequel les véhicules électriques ne sont pas plus propres que les véhicules à combustion interne. La recherche a révélé que tout au long de la chronologie, depuis l’extraction des matériaux nécessaires à la construction jusqu’à l’immobilisation de la voiture, la voiture émettra comparativement moins de gaz à effet de serre qu’une voiture à essence. Il est intéressant de noter que l’analyse est vraie au niveau mondial, indépendamment du fait que la voiture soit analysée en Europe ou dans un pays en développement.

Comme les combustibles fossiles sont à l’origine de la crise climatique, les gouvernements, de la Californie à l’Union européenne, ont proposé d’éliminer progressivement les moteurs à combustion interne d’ici 2035, mais il y a encore des gens qui prétendent que les VE sont aussi propres que les voitures actuelles.

Georg Bieker, chercheur au groupe de recherche à but non lucratif International Council on Clean Transportation (ICCT), a déclaré: Nous avons beaucoup de travail de lobbying de la part de certaines parties de l’industrie automobile disant que les véhicules électriques ne sont pas tellement meilleurs si vous prenez en compte la production d’électricité et la production de batteries. Nous avons voulu nous pencher sur la question et voir si ces arguments sont vrais. L’ICCT a publié le rapport dont nous parlons.

Le rapport a estimé les émissions des VE de taille moyenne immatriculés en 2021 dans différentes régions comme l’Inde, la Chine, les États-Unis et l’Europe. Selon l’étude, les émissions sur la durée de vie d’un VE en Europe sont de 66 à 69 % inférieures à celles d’un véhicule gourmand en essence. Pour les États-Unis, elle est de 60 à 68 %, pour la Chine, elle est de 37 à 45 %, et pour l’Inde, elle est comprise entre 19 et 34 %.

A LIRE:  La NASA prévoit de faire atterrir la première personne de couleur sur la Lune grâce au programme Artemis.

L’étude a posé quelques hypothèses importantes avant de passer à l’évaluation. Certaines de ces hypothèses sont les suivantes: le véhicule est immatriculé en 2021, et le véhicule sera sur la route pendant environ 18 ans.

Dans la partie conclusion, l’étude reconnaît que les chercheurs ont rencontré quelques difficultés pour prédire à quel point l’infrastructure énergétique mondiale va changer. L’étude mentionne quelques situations pour cette difficulté. Elle expose le cas des États-Unis, où le président Joe Biden a fixé l’objectif d’obtenir 100 % d’électricité propre d’ici 2035, mais n’a encore adopté aucune politique pour y parvenir.

Il est à noter que l’étude ne tient pas compte des effets environnementaux non liés au climat impliqués dans le processus, comme lors de la construction, de l’exploitation minière ou des déchets.

Bieker estime qu’avec cette étude, les décideurs politiques seraient en mesure de prendre des décisions plus éclairées tout en élaborant des politiques pour les transports futurs. Bieker a déclaré: Les véhicules à moteur à combustion, quel que soit leur type, ne sont pas en mesure de fournir les réductions de gaz à effet de serre dont nous avons besoin pour vivre avec le changement climatique. C’est un constat global, donc nous devons globalement éliminer progressivement les voitures à moteur à combustion.