Bots sexuels, amis virtuels, amoureux de la RV: la technologie change notre façon d’interagir, et pas toujours pour le mieux.

Bots sexuels amis virtuels amoureux de la RV la technologie change oVjf5nXCB 1 1

Les technologies du XXIe siècle, telles que les robots, la réalité virtuelle (RV) et l’intelligence artificielle (IA), s’insinuent dans tous les recoins de notre vie sociale et émotionnelle – en piratant la façon dont nous formons des amitiés, construisons notre intimité, tombons amoureux et prenons notre pied.

Dans mon livre récemment publié, j’examine les possibilités, à la fois terrifiantes et inspirantes, offertes par ces technologies artificiellement intimes.

D’un côté, ces outils peuvent contribuer à apporter un soutien indispensable. De l’autre, ils risquent d’accroître les inégalités sexuelles, et de remplacer les précieuses interactions en personne par des substituts moins qu’idéaux.

Trois types d’intimité artificielle

À la première mention de l’intimité artificielle, l’esprit de beaucoup de gens peut sauter directement aux robots sexuels: des poupées sexuelles robotisées plus vraies que nature qui pourraient un jour marcher parmi nous, difficiles à distinguer des humains vivants, respirant et jouissant.

Mais malgré les nombreuses questions importantes que les robots sexuels soulèvent, ils détournent surtout le jeu principal. Ce sont des amants numériques qui – aux côtés du porno VR, des jouets sexuels améliorés par l’IA et du cybersexe amélioré par des dispositifs haptiques et télédildoniques – ne constituent qu’un des trois types d’intimité artificielle.

La deuxième catégorie, les entremetteurs algorithmiques, nous mettent en relation avec des rendez-vous et des accrochages par le biais d’applications telles que Tinder et Grindr, ou avec des amis par le biais de plateformes de médias sociaux.

Enfin, nous avons des amis virtuels, notamment des applications de thérapeutes, des personnages de jeux améliorés par l’IA et des chatbots de petits amis/petites amies. Mais les assistants IA tels qu’Alexa d’Amazon, l’Assistant de Google et DuerOS de Baidu sont de loin les plus omniprésents.

Les amis virtuels appliquent plusieurs types d’IA, notamment l’apprentissage automatique, par lequel les ordinateurs apprennent de nouvelles façons d’identifier des modèles dans les données.

Les algorithmes d’apprentissage automatique sont de plus en plus avancés pour passer au crible d’énormes quantités de données des utilisateurs et exploiter les traits uniques qui font de nous les êtres coopératifs, culturels et romantiques que nous sommes. Je les appelle les algorithmes humains.

Le toilettage de nos amis

Les primates, des singes aux grands singes, se toilettent les uns les autres pour construire des alliances importantes. Les humains le font surtout par le biais des ragots, la radio d’information de la vieille école qui nous informe sur les personnes et les événements qui nous entourent. Le commérage est un processus algorithmique par lequel nous apprenons à connaître nos mondes sociaux.

Des macaques japonais en train de se toiletter dans les sources chaudes de Nagano. Les singes et les macaques passent environ 20% de leurs heures d’éveil à se toiletter les uns les autres. Takashi Muramatsu/Flickr

A LIRE:  Les nouveaux XPS 15 et XPS 17 de Dell seront équipés du processeur Intel de 11e génération de la série H

Les plateformes sociales telles que Facebook exploitent nos pulsions de toilettage des amis. Elles agrègent nos amis, passés et présents, et facilitent le partage des potins. Leur mise en relation algorithmique excelle à identifier d’autres utilisateurs que nous pourrions connaître. Cela nous permet d’accumuler bien plus que les quelque 150 amis que nous aurions normalement hors ligne.

Les entreprises de médias sociaux savent que nous utiliserons davantage leurs plateformes si elles nous font parvenir du contenu provenant des personnes dont nous sommes les plus proches. Ainsi, elles consacrent beaucoup de temps et d’argent à essayer de trouver des moyens de distinguer nos amis proches des quelqu’un que nous connaissions auparavant.

Lorsque les médias sociaux (et d’autres amis virtuels) piratent nos algorithmes de toilettage des amis, ils déplacent nos amitiés hors ligne. Après tout, le temps passé en ligne est du temps qui n’est pas passé en personne avec des amis ou de la famille.

Avant les smartphones, les humains passaient environ 192 minutes par jour à bavarder et à se toiletter les uns les autres. Mais l’utilisateur moyen des médias sociaux passe aujourd’hui 153 minutes par jour sur les médias sociaux, ce qui réduit les relations hors ligne et le temps qu’il consacrerait autrement à des activités non sociales comme le jeu et surtout le sommeil.

Les effets de cette situation sur la santé mentale peuvent être profonds, en particulier pour les adolescents et les jeunes adultes.

Et les médias sociaux ne feront que continuer à évoluer, car les algorithmes d’apprentissage automatique trouvent des moyens toujours plus convaincants de nous engager. À terme, ils pourraient passer du statut d’entremetteurs numériques à celui d’amis virtuels qui tapent, postent et nous parlent comme des amis humains.

Bien que cela puisse fournir une certaine connexion pour les personnes chroniquement seules, cela occuperait davantage le temps limité et la précieuse capacité cognitive des utilisateurs.

Renforcement de l’intimité

L’intimité consiste à incorporer notre sentiment d’une autre personne dans notre sentiment de soi. Les psychologues Arthur et Elaine Aron ont montré que l’intimité peut être rapidement cultivée par un processus d’escalade de la révélation de soi.

Ils ont demandé à des paires de personnes assignées au hasard de poser et de répondre à une série de 36 questions. Les questions commençaient de manière anodine (Qui est votre invité idéal pour un dîner?) et s’intensifient jusqu’à des révélations très privées (Si vous deviez mourir ce soir, sans avoir la possibilité de communiquer avec qui que ce soit, qu’est-ce que vous regretteriez le plus de ne pas avoir dit à quelqu’un? Pourquoi ne l’avez-vous pas encore fait?).

Les paires chargées de divulguer des informations plus personnelles se sont beaucoup rapprochées de celles à qui l’on n’a posé que des questions de petite conversation et sont restées ainsi pendant de nombreuses semaines. Un couple s’est célèbrement marié et a invité les Aron à leur mariage.

A LIRE:  Mark Zuckerberg, pas fan du développement de la RV et de la RA chez Apple

Nous avons maintenant des applications qui aident les humains à construire une intimité via l’algorithme de 36 questions des Arons. Mais qu’en est-il de l’intimité homme-machine? Les gens divulguent toutes sortes de détails aux ordinateurs. La recherche montre que plus ils divulguent de détails, plus ils font confiance aux informations renvoyées par l’ordinateur.

De plus, ils jugent les ordinateurs plus sympathiques et plus dignes de confiance lorsqu’ils sont programmés pour divulguer des vulnérabilités, comme je fonctionne un peu lentement aujourd’hui car quelques-uns de mes scripts ont besoin d’être débogués.

Les amis virtuels n’auraient pas à étudier les questions des Aron pour apprendre des secrets sur l’intimité humaine. Grâce aux capacités d’apprentissage automatique, il leur suffirait de passer au peigne fin les conversations en ligne pour trouver les meilleures questions à poser.

Ainsi, les humains pourraient devenir de plus en plus intimes avec les machines en incorporant leurs amis virtuels dans leur sentiment de soi.

Les machines font désormais partie de l’intimité entre humains. Afif Kusuma/Unsplash

L’amplification des inégalités sexuelles

Les algorithmes des marieurs transforment déjà la façon dont les gens sélectionnent et rencontrent des rendez-vous potentiels.

Les applis telles que Tinder ne sont pas vraiment efficaces pour faire correspondre des couples compatibles. Elles présentent plutôt des photos et des profils minimalistes, invitant les utilisateurs à glisser vers la gauche ou la droite. Leurs algorithmes permettent à des personnes à l’attractivité plus ou moins comparable de s’apparier et d’engager une conversation.

L’un des problèmes de ce modèle est que les personnes attirantes ne manquent pas de correspondances, mais cela se fait au détriment des personnes d’apparence ordinaire. Ce type d’inégalité fondée sur l’attirance alimente de graves problèmes – de l’autosexualisation exacerbée chez les femmes, à un surplus de jeunes hommes sans partenaire enclins à la violence.

C’est suffisant?

Mais là encore, l’intimité artificielle offre également des solutions. Bien que les gens méritent la compagnie d’autres personnes, et les meilleurs soins que d’autres (vrais) humains peuvent offrir, beaucoup ne peuvent manifestement pas y accéder ou se le permettre.

Les amis virtuels offrent une connexion aux solitaires; les amants numériques endiguent le torrent furieux de la frustration sexuelle. Une union progressive des deux pourrait à terme fournir une intimité et une stimulation sexuelle ciblées aux personnes de tous les genres et de toutes les sexualités.

Les gens parlent déjà à Siri et Alexa pour se sentir moins seuls. Pendant ce temps, dans un climat de demande non satisfaite de soutien en matière de santé mentale, des bots thérapeutiques écoutent les patients, les conseillent, et les accompagnent même dans des traitements psychologiques tels que la thérapie cognitivo-comportementale.

La qualité de cette connexion et de cette stimulation pourrait ne pas être un substitut complet de la vraie chose. Mais pour ceux d’entre nous qui trouvent la vraie chose insaisissable ou insuffisante, cela pourrait s’avérer bien meilleur que rien.

Images utilisées avec l’aimable autorisation de Pexels/Alex Knight.

Cet article est republié depuis The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.