C’est toujours gagnable: Le nero du San Francisco Shock parle de voyage et de tribulations

Cest toujours gagnable Le nero du San Francisco Shock parle de MbWCV 1 1

Sur la lancée d’une deuxième victoire en championnat, le San Francisco Shock a ajouté quelques nouveaux visages pour compléter son roster fin 2020. Charlie nero Zwarg, l’un des deux nouveaux ajouts de DPS, a rapidement fait des vagues et a gagné une position de départ quasi-constante cette année parmi l’ensemble des champions de l’équipe de l’Overwatch League.

Avant de devenir le DPS flexible par excellence du Shock pendant la saison 2021, nero a passé plusieurs années sur le Charge de Guangzhou, attirant l’attention sur ses problèmes constants de visa pendant la pandémie de COVID-19. Mais cette année, il s’est envolé sur des héros comme Echo, soutenu par la stabilité et le soutien.

Alors que San Francisco court après un triplé lors des playoffs de l’Overwatch League 2021, nero a parlé avec Dot Esports des défis auxquels il a été confronté sur le roster des Shock, des voyages d’après-saison et des points communs qu’il partage avec les joueurs confrontés à l’enfer des visas.

Quels défis avez-vous dû relever en vous glissant dans une équipe déjà établie?

Nero: Fondamentalement, Crusty ne savait pas vraiment comment je m’intégrerais, donc nous avons en quelque sorte dû tout tester. Nous avons testé beaucoup de joueurs, beaucoup de rotations de DPS, et j’ai l’impression que nous avons compris. C’était difficile au début, mais maintenant tout le monde a en quelque sorte trouvé son rôle et ça devient définitivement beaucoup plus facile d’arranger les choses et de régler les problèmes parce que nous connaissons notre rotation d’ensembles.

Cela a-t-il pris un certain temps pour s’intégrer avec les autres joueurs de l’équipe?

Je pense que oui. Pour moi, personnellement, ça a pris probablement deux mois solides pour que je maille avec tout le monde. C’est une toute nouvelle équipe, tout le monde a un style de jeu différent de celui de mon ancienne équipe. Cela m’a pris un peu de temps, mais je sens que j’y suis maintenant, donc c’est ce qui compte.

En tant que personne qui était coincée dans l’enfer des visas auparavant, comment ce processus affecte-t-il votre état mental?

L’année dernière, je n’ai pas pu être en Corée pour une grande partie des matchs. Quand je suis finalement revenu, je n’avais pas pu jouer avec l’équipe depuis très longtemps. C’était un peu difficile parce qu’ils avaient joué avec un autre joueur et qu’ils s’étaient habitués à ce dernier. J’ai l’impression que cela arrive à beaucoup d’équipes en ce moment, où elles veulent lancer un certain joueur mais ne peuvent pas le faire parce qu’il n’est pas là, qu’il n’a pas de visa, ou quelque chose comme ça.

A LIRE:  Date de sortie et spoilers du chapitre 193 de 'Dr. Stone': Senku réussira-t-il à tout ramener à la vie?

C’est juste une situation difficile que personne ne peut vraiment éviter avec le COVID et tout ce qui se passe. C’est assez éprouvant mentalement, en fait. C’est dur.

Est-ce que cela a un effet négatif sur les matchs du tout ou sur votre jeu?

Ça l’a été pour moi [l’année dernière] parce que je n’avais pas joué depuis genre deux ou trois mois dans un vrai match. Puis je suis revenu et j’ai juste été instantanément jeté dans des scrims, instantanément jeté dans un match, et je n’avais pas été là depuis un moment, donc c’était difficile pour moi.

Mais je suis sûr que c’est difficile pour d’autres joueurs, aussi. Comme [le DPS de Philadelphie Fusion] sHockWave, par exemple. Il n’a pas eu de visa pendant de nombreux mois, il a dû jouer dans [Overwatch Contenders], puis il est finalement allé [en Corée] et il n’a pas pu jouer [immédiatement] parce qu’il n’avait pas joué – il ne s’était pas encore intégré à l’équipe. C’est juste une situation malheureuse.

Comment pensez-vous que les voyages affectent les joueurs? Êtes-vous préoccupé par les voyages à l’approche des playoffs?

Oui, je suis personnellement inquiet car toutes les équipes de NA doivent aller à Hawaï et nous allons subir le décalage horaire, certaines équipes plus que d’autres. Comme Atlanta, par exemple. Ils vont de la côte Est à Hawaï et c’est, quoi, une différence de six heures? Ils vont être très désavantagés, surtout s’ils ne peuvent pas jouer avec Pelican parce qu’il ne peut pas voler. [Note: cette interview a eu lieu avant que nous sachions que Pelican participerait aux playoffs].

A LIRE:  Date de sortie et spoilers du chapitre 120 de Kengan Omega: Terashi peut-il tuer Nicolas?

Je pense que nous avons un désavantage, personnellement, parce que nous devons aussi jouer sur des configurations étrangères. Mais en même temps, j’ai entendu dire que [la région Est] voyage aussi quelque part. Ce sera probablement équitable, honnêtement.

Nous aurons un peu de désavantage, mais c’est comme vous voulez, vous savez? Des choses arrivent. Vous ne pouvez pas toujours avoir un match équitable. À la fin de la journée, si vous êtes la meilleure équipe, même avec un désavantage, vous gagnerez. Il n’y a pas d’excuses.

Que pensez-vous avoir appris ou absorbé le plus en faisant partie du Shock cette année?

J’ai appris à simplement toujours être confiante et à toujours faire confiance à mon équipe. Et ne jamais jouer pour perdre, toujours jouer pour gagner. C’est ce que notre GM dit toujours. C’est toujours gagnable. Même si on perd deux cartes, on peut toujours gagner. Il suffit de ne jamais abandonner.

Cette interview a été modifiée pour des raisons de longueur et de clarté.