La vapeur est un monopole, selon un procès sur les vannes

La vapeur est un monopole selon un proces sur les vannes gN1QGEs 1 1

Un procès contre Valve se profile à l’horizon, les attaquant avec des charges de monopole. Les petits détails indiquent que la société utilise sa position pour maintenir les prix du jeu à un niveau élevé.

Une plainte a été déposée en début de semaine, accusant Valve, ainsi que d’autres développeurs, d’avoir le monopole effectif du paysage des jeux sur PC. Le procès Valve affirme que la vitrine numérique pousse les entreprises à augmenter les prix avec sa clause des nations les plus favorisées.

La fourniture de soupapes créerait des prix élevés

La clause des nations les plus favorisées se trouve dans l’accord de distribution de la vapeur. Cette disposition précise que le client, Steam, recevra les meilleures conditions disponibles partout ailleurs. La disposition permet à l’entreprise de bénéficier d’un prix égal ou inférieur.

En termes plus simples, Steam veut toujours avoir le même prix ou un prix inférieur pour ses jeux. Un concepteur de jeux multiplateforme ne peut donc pas faire payer moins cher ses produits aux consommateurs sur d’autres plateformes comme Epic ou Windows Store.

Le problème ici est que la vapeur prend jusqu’à 30% aux développeurs. Les plates-formes comme Epic n’en absorbent que 12 %, mais ne peuvent pas être vendues à un prix inférieur, sauf pendant les soldes. Le procès note que Valve empêche les prix plus bas dans d’autres magasins en raison de la clause de la nation la plus favorisée (NPF).

La clause NPF [clause des nations les plus favorisées] a pour effet de maintenir des prix élevés pour les consommateurs, car la concurrence par les prix des plateformes ferait baisser les prix des jeux PC vendus aux consommateurs, a déclaré le procès, qui est diffusé sur The Hollywood Reporter.

La NPF entrave également l’innovation et supprime la production, car elle agit comme une barrière supplémentaire à l’entrée pour les plateformes rivales potentielles et comme des prix plus élevés entraînent une diminution des ventes de jeux PC.

Un procès en règle pour collusion avec d’autres équipes de développement

Le procès de la valve ne porte pas uniquement sur la vapeur. Il met en cause d’autres studios, dont CD Projekt Red, Ubisoft, kChamp Games, Rust LTD et Devolver Digital. Le procès fait état d’une collusion potentielle entre ces développeurs.

A LIRE:  Nier: La configuration requise pour le PC a été révélée

Le procès note que les sociétés ont illégalement contracté, combiné ou conspiré pour restreindre déraisonnablement le commerce en violation de la section 1 de la loi Sherman en acceptant, dans le cadre de la clause NPF de Steam, que les développeurs de jeux Défendeurs ne vendraient pas leurs produits de jeux PC par le biais de plateformes concurrentes à un prix inférieur à celui qu’ils offraient par le biais de la plateforme Steam de Valve.

Le procès vise à faire reconnaître la NPF comme anticoncurrentielle et constituant une monopolisation illégale et un maintien de monopole. Même dans ce cas, il y a quelques lacunes dans le procès tel qu’il est.

Pour commencer, le costume nomme les studios ci-dessus, sans pour autant embrouiller les autres qui ont accepté le SDA de Steam. Le procès Valve ne tient pas compte non plus des titres exclusifs d’Epic qui se vendent toujours au prix du marché même sans le SDA, y compris Hitman 3.

Image présentée avec l’aimable autorisation de Valve/YouTube Screenshot