Les humains ne sont pas responsables de l’extinction des animaux préhistoriques vivant sur les îles.

Les humains ne sont pas responsables de lextinction des animaux xANEV94 1 1

Des moas de Nouvelle-Zélande aux dodos de l’île Maurice, les humains ont chassé de nombreuses espèces vivant sur les îles jusqu’à leur extinction dans un passé relativement récent. Mais nos recherches révèlent que les humains n’ont pas toujours été nécessairement des agents de la destruction des écosystèmes.

Notre étude, publiée aujourd’hui dans Proceedings of the National Academy of Sciences, montre que jusqu’à il y a environ 12 000 ans, l’arrivée des humains sur de nouvelles îles n’a pas sonné le glas des animaux qui y vivaient déjà et que, dans la plupart des cas, leur extinction était due à de nombreux facteurs différents.

Cela a changé depuis, bien sûr. Lorsque les humains sont arrivés en Nouvelle-Zélande vers les années 1250-1300, ils ont apporté avec eux des boîtes à outils sophistiquées, des technologies maritimes avancées et quelques compagnons animaux. Ils ont débarqué dans un écosystème qui n’avait jamais vu aucune de ces choses.

Quelques siècles après le débarquement, les plus gros animaux de ces îles, les moas géants, ont disparu, et à leurs côtés de nombreux autres oiseaux, reptiles et amphibiens. L’ampleur réelle de ces extinctions ne sera probablement jamais connue, mais elle s’élève presque certainement à plus de 30 espèces différentes. Dans d’autres îles du Pacifique, le scénario était à peu près le même.

Plus loin, sur l’île de Maurice, dans l’océan Indien, l’arrivée des humains a été si inextricablement liée à la disparition du dodo que cette espèce est devenue un emblème mondial de l’extinction.

Ces événements, relativement récents en termes d’évolution, ont favorisé un récit puissant et séduisant: les humains sont perpétuellement les agents de la destruction et de la folie écologique.

L’hypothèse de la surmortalité

Ces épisodes de chasse excessive ont incité le géoscientifique américain Paul Martin à proposer son hypothèse de l’overkill pour expliquer les extinctions d’espèces emblématiques aux mains des humains. Martin a supposé que lorsque les humains sont arrivés en Amérique du Nord, ils ont commencé à chasser les plus gros animaux qu’ils trouvaient. En quelques générations, ces mégafaunes ont été anéanties.

A LIRE:  Big Data Trends for 2020

Cette hypothèse a depuis été appliquée dans le monde entier. Les extinctions de mégafaune en Afrique, en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique du Sud et en Australie ont toutes été attribuées à la chasse excessive des animaux par les humains, à la destruction de leurs habitats, ou aux deux.

Dans une partie relativement obscure du monde, cependant, nos recherches antérieures ont révélé une histoire différente. Nous travaillons à Nusa Tenggara Timur, une série de petites îles que l’on trouve à l’est de l’Indonésie et du Timor-Leste, et au nord de l’Australie. Bien que ces îles n’aient jamais été reliées au continent, les premières traces de présence humaine remontent à environ 45 000 ans. Elles ont également accueilli diverses espèces aujourd’hui éteintes, notamment des stégodons (créatures ressemblant à des éléphants), des rats géants et des oiseaux.

En analysant les archives fossiles et archéologiques de plusieurs de ces îles, il est devenu clair que les extinctions ici n’ont pas été causées par une surmortalité humaine. Certaines espèces de Nusa Tenggara Timur, comme les stégodons, ont disparu bien avant l’arrivée des humains modernes. D’autres, comme les rats géants, ont vécu aux côtés des hommes pendant des dizaines de milliers d’années, résistant à des millénaires de chasse et de consommation.

Les crânes des rats géants préhistoriques (à droite) étaient beaucoup plus gros que ceux de leurs cousins modernes. Auteur fourni

Pourquoi ces extinctions insulaires étaient-elles si différentes des exemples plus célèbres causés par l’homme ailleurs? Peut-être était-ce le fait que les humains sont arrivés relativement tôt, en plus petit nombre, et avec des outils de chasse moins sophistiqués. Ou peut-être était-ce la nature même des îles.

Pour tenter de répondre à ces questions, nous avons monté une enquête mondiale sur les impacts des humains et de leurs ancêtres évolutionnaires sur les espèces qui vivaient sur les îles. Notre étude a couvert une immense période de temps connue sous le nom de Pléistocène: de 2,6 millions d’années, lorsque les ancêtres évolutionnaires des humains ont commencé à se répandre sur le globe, à 11 700 ans, peu avant que les humains modernes ne développent l’agriculture et les nouvelles technologies.

A LIRE:  Linux contre Windows: Quel est le meilleur système d'exploitation pour les chercheurs en données?

Cette vaste période est antérieure à l’époque où la plupart des îles des océans Pacifique et Indien ont été occupées pour la première fois.

Nous avons réuni d’éminents archéologues et paléontologues qui étudient les écosystèmes insulaires. Ensuite, nous avons comparé les notes pour voir si les extinctions d’animaux sur chacune de ces îles coïncidaient avec l’arrivée des humains.

Les humains tirés d’affaire?

Sur deux îles seulement, Chypre et Kume, toutes les extinctions ont coïncidé avec l’arrivée des humains. Quelques autres extinctions sur d’autres îles ont également coïncidé avec la colonisation humaine. Mais, de manière générale, le schéma dominant sur toutes les îles que nous avons examinées est qu’il n’y a pas de relation entre l’arrivée des humains, et l’extinction des animaux locaux.

Cela était vrai à la fois pour les îles océaniques et continentales (îles reliées aux continents pendant les périodes d’abaissement du niveau des mers). Dans ces dernières, les extinctions se sont surtout produites lorsque les îles étaient reliées au continent. Dans les premières, nous avons constaté que les éruptions volcaniques ne coïncidaient pas non plus avec les extinctions.

Notre étude a révélé des aspects importants de la relation entre les îles, les humains et les extinctions. Tout d’abord, aucune île n’est identique à une autre. Chacune sera impactée différemment par les humains, et dans certains cas, les impacts ne seront pas nécessairement préjudiciables – en fait, ils pourraient même concevoir d’être bénéfiques.

Deuxièmement, ce n’est qu’au cours des derniers millénaires que les humains ont commencé à causer une destruction généralisée des écosystèmes insulaires. Ceux-ci résultent de la chasse excessive, certes, mais probablement davantage de la dégradation de l’environnement, de l’introduction d’espèces invasives et de la surpopulation.

Nos recherches montrent que même dans les écosystèmes les plus fragiles – les îles – les humains n’ont pas toujours été les agents de destruction qu’ils sont aujourd’hui. Nous devrions nous méfier de la projection des comportements humains récents et de leurs impacts négatifs dans un passé plus profond. Et adopter une vision plus large des extinctions préhistoriques contribuera à éclairer nos efforts actuels pour sauver les espèces qui survivent aujourd’hui.

Images utilisées avec l’aimable autorisation de Pexels/Alan Caldwell.

Cet article est republié depuis The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.