Vous voulez devenir un touriste de l’espace? C’est enfin possible, à condition de disposer de 250 000 dollars et de la volonté de renoncer à sa vie.

Vous voulez devenir un touriste de lespace Cest enfin possible a 14Ahr 1 1

La société de lancement spatial du milliardaire Jeff Bezos, Blue Origin, a annoncé qu’elle allait vendre ses premiers vols en microgravité au plus offrant.

Blue Origin et ses deux plus grands concurrents dans le domaine du tourisme spatial, SpaceX et Virgin Galactic, prétendent faire progresser l’humanité par la démocratisation de l’espace. Mais ces joyeuses balades n’ouvrent pas l’accès à l’espace pour tous.

Un paysage en mutation

À première vue, la perspective d’une industrie du tourisme spatial est excitante.

Elle promet un chemin plus facile vers l’espace que celui suivi par les astronautes, qui doivent passer par des études supérieures, un entraînement intense et des processus de sélection extrêmement compétitifs. Les astronautes doivent également avoir la bonne nationalité, car peu de pays ont accès aux programmes de vols spatiaux habités.

En théorie, l’ouverture d’une industrie commerciale des vols spatiaux devrait rendre l’espace plus accessible et plus démocratique. Mais ce n’est que partiellement le cas; ce qui était autrefois le domaine des seuls pays les plus riches est aujourd’hui une industrie dirigée majoritairement par des entités commerciales.

Ajoutons à cela que ces entreprises sont prêtes à prendre plus de risques que les programmes gouvernementaux, car elles n’ont pas à justifier leurs dépenses – ou leurs échecs – auprès du public. Blue Origin et SpaceX ont connu de nombreuses explosions lors de tests passés, et pourtant les fans les regardent avec excitation plutôt qu’avec consternation.

Cela a poussé le développement rapide des technologies spatiales. Les fusées réutilisables – notamment la Falcon 9 de SpaceX, qui vient d’effectuer son dixième lancement réussi – ont décuplé le coût des lancements.

En plus de faire baisser les coûts, la technologie réutilisable s’efforce également de résoudre le problème de la durabilité.

Envisager la durabilité

Il y a eu des milliers de lancements depuis 1957, date à laquelle le premier objet fabriqué par l’homme (Spoutnik I) a été lancé par les Soviétiques. Cependant, à l’exception de Falcon 9, chaque véhicule de lancement a été utilisé une fois et éliminé immédiatement – un peu comme si l’on jetait un avion après un seul vol.

Le nombre de lancements augmente chaque année, avec 114 effectués pour la seule année 2020. Au cours du week-end, la rentrée incontrôlée de débris de la fusée chinoise Longue Marche 5B a fait l’actualité mondiale en raison de sa taille et du risque de dommages. Ce n’est qu’un exemple des problèmes que posent les débris spatiaux et la gestion du trafic.

A LIRE:  iOS 15 apporte des widgets pour l'App Store, les contacts, et plus encore!

La sécurité est une question essentielle pour les vols spatiaux habités. Actuellement, il y a environ 3 400 satellites opérationnels en orbite et environ 128 millions de débris. Il y a des centaines de risques de collision chaque jour, évités par des manœuvres coûteuses et difficiles ou, si le risque est suffisamment faible, les opérateurs attendent et espèrent le meilleur.

Si nous ajoutons davantage de vols spatiaux habités à ce trafic, les pays devront adopter des exigences plus strictes pour désorbiter les satellites en fin de vie, afin qu’ils se consument lors de la rentrée dans l’atmosphère. Actuellement, il est acceptable de désorbiter un satellite après 25 ans ou de le placer sur une orbite inutilisée. Mais cela ne fait que retarder le problème pour l’avenir.

Les nations devront également mettre en œuvre les directives de 2019 des Nations unies sur la durabilité à long terme des activités dans l’espace extra-atmosphérique.

L’impact environnemental des lancements est un autre facteur important. Le Falcon 9 de SpaceX brûle autant de carburant qu’une voiture moyenne sur 200 ans, pour un seul lancement.

Au sol, il y a des impacts sur le terrain et les cours d’eau, que nous devons garder à l’esprit lors de la construction de futurs sites de lancement en Australie. Les permis de lancement exigent actuellement des déclarations d’impact sur l’environnement, mais celles-ci devraient également inclure les effets à long terme et les empreintes carbone.

Garder les milliardaires sous contrôle

Dans les années à venir, il sera crucial que les entreprises indépendantes de vols spatiaux soient étroitement réglementées.

Virgin Galactic prône depuis longtemps un environnement en manches courtes dans lequel les clients peuvent expérimenter le luxe des vols spatiaux sans être gênés par des combinaisons spatiales encombrantes. Mais la mort d’un de ses pilotes d’essai en 2014 est la preuve que les vols spatiaux restent dangereux. Les hautes altitudes et la pression exigent plus de précautions et moins de souci de confort.

Bien que les régulateurs tels que l’Administration fédérale de l’aviation américaine aient des exigences de sécurité strictes pour le tourisme spatial, les combinaisons spatiales pressurisées n’en font pas partie – mais elles devraient l’être. De plus, les opérateurs de tourisme spatial peuvent demander aux passagers de signer des décharges légales de responsabilité, en cas d’accident.

Et s’il est louable que SpaceX et Blue Origin fassent des bonds technologiques, il y a peu de choses dans leurs plans d’affaires qui parlent de diversité, d’inclusivité et d’accessibilité mondiale. Les premiers touristes de l’espace étaient tous des entrepreneurs fortunés.

A LIRE:  Une autre rumeur fait état d'une option de stockage de 1 To dans l'iPhone 13.

En 2001, Dennis Tito a payé pour obtenir un siège sur une fusée russe Soyouz afin de visiter la Station spatiale internationale (ISS). Depuis lors, il y a eu huit autres touristes de l’espace, chacun payant entre 20 et 30 millions de dollars US pour voler dans le cadre du programme russe.

En 2022, l’équipage d’Axiom doit s’envoler sur un vol Dragon de SpaceX à destination de l’ISS. Chacun des trois passagers masculins, blancs et fortunés aura payé 55 millions de dollars américains pour ce privilège. Pendant ce temps, la prochaine vente aux enchères de Blue Origin durera cinq semaines, le plus offrant remportant un siège pour quelques minutes de microgravité.

Les virées de 90 minutes de Virgin Galactic, dont le vol est également prévu dès 2022, se sont déjà vendues pour 250 000 dollars. Les futurs billets devraient coûter plus cher.

Une question de temps?

Bien sûr, le voyage aérien de loisir conventionnel était aussi à l’origine réservé aux riches. Les premiers vols transcontinentaux aux États-Unis coûtaient environ la moitié du prix d’une nouvelle voiture. Mais les progrès technologiques et la concurrence commerciale ont fait qu’en 2019 (avant COVID), il y avait près de cinq millions de personnes qui prenaient l’avion chaque jour.

Ce n’est peut-être qu’une question de temps avant que le tourisme spatial ne devienne aussi accessible. Idéalement, cela signifierait pouvoir voler de Sydney à Londres en quelques heures.

Mais là encore, les vols spatiaux comportent des risques et des coûts bien plus importants que les vols aériens, même avec des fusées réutilisables. Il faudra beaucoup de temps avant que ces coûts soient suffisamment réduits pour permettre la démocratisation de l’espace.

C’est un récit convaincant que les entreprises de vols spatiaux commerciaux sont impatientes d’adopter. Mais il y aura toujours une partie de la société qui n’aura pas accès à ce futur. En effet, comme le prédisent de nombreux récits de science-fiction, les vols spatiaux habités ou l’habitation dans l’espace ne seront peut-être jamais accessibles qu’aux personnes très riches.

Nous savons que les technologies spatiales présentent des avantages – qu’il s’agisse de suivre le changement climatique, de permettre des communications et des services de santé mondiaux ou de tirer des enseignements des expériences scientifiques menées sur l’ISS. Mais lorsqu’il s’agit de tourisme spatial, le retour sur investissement pour la personne moyenne est moins clair.

Images utilisées avec l’aimable autorisation de Pexels/SpaceX.

Cet article est republié depuis The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.